Cette année, pas de réveillon compliqué. Je n'en avais pas envie. Je n'aime pas les fêtes obligatoires. Le passage à l'année suivante s'est fait avec mes deux cousines, Sophie et Claire, la petite cinquantaine, comme moi.

Après son divorce, Claire a repris des études et elle a déménagé dans un petit studio dans le bas d'une villa, au bord de la Marne. C'est là qu'elle nous a proposé de nous retrouver.

En arrivant, nous avons vu cette belle maison blanche, avec ses volumes élégants et sa grande véranda qui donne sur la rivière. Les propriétaires étaient absents et il n'y avait pas de lumière à l'intérieur. Juste le reflet des nuages dans les vitres. Claire nous attendait devant la maison et nous a accompagnées vers son studio.

- Désolée, a-t-elle dit, de chez moi la vue n'est pas terrible. Mais je ne paie pas l'ISF !

Tout en marchant puis en nous installant chez elle, nous avons alors parlé de ses propriétaires, de leur chalet à la montagne, de l'ISF, des gilets jaunes, des vœux du président.

 

Plus tard, j'ai proposé que l'on aille prendre le dessert dehors, sur les bords de Marne. Nous avons emporté nos assiettes, nos cuillères et nos parts de gâteau. Nous nous sommes assises sur un rebord.

- On n'est pas bien là ? a demandé Sophie. Pas besoin de véranda pour être heureux. L'argent, c'est vraiment un truc surfait !

Et nous avons ri.

Trois cygnes sont alors passés.

'(à suivre)