Elles étaient un groupe de six femmes. Elles en arrivèrent au sujet des relations sexuelles. Trois d'entre elles avaient des choses à dire sur le sujet.

— Quand une femme couche avec un homme, elle a besoin de ressentir quelque chose pour lui. Il faut qu’elle soit amoureuse.

— Les femmes sont plus sentimentales.

— Les hommes aussi. Ils ne veulent pas le montrer, mais quand ils vont au lit, c’est qu’il y a au moins de la séduction, du désir.

— Je ne sais pas, je ne suis pas sûre, pas toujours. Ils font l’amour pour se déstresser.

— Peut-être…

 Les trois autres se taisaient.

 Natacha n’avait pas envie de prendre part à la conversation. Elle n’aimait pas parler d’elle et elle ne voulait pas s’exprimer à la place des autres. Les hommes, les femmes, c’était trop large, trop vague. Tout en suivant la discussion, elle se demanda ce qui était important pour elle. Elle se rendit compte qu'elle n'avait pas forcément besoin d'être amoureuse. Par contre, elle avait besoin que ses partenaires se comportent en hommes amoureux, qu'ils fassent attention à elle, qu'ils lui offrent des cadeaux. Cela la rassurait.

 Véronique, quant à elle, était mal à l’aise. Elle avait des relations sexuelles, tout le monde en a besoin. Mais elle n’arrivait pas à aimer. Elle l’aurait voulu pourtant, tomber amoureuse. Elle se sentait desséchée, sans vie véritable, sans vibration. Elle en souffrait mais elle n’arrivait pas à faire confiance à aucun des hommes qu’elle avait rencontrés.

 Quant à Sonia, la discussion la rendait triste. Elle avait l'impression d'être transparente aux yeux des hommes.