Quand Louise est rentrée à la maison, elle a tout de suite compris que Simon et les enfants avaient préparé quelque chose pour son anniversaire. C’était à cause de l’attitude de son plus jeune fils. Il ne savait pas garder un secret. Tout son visage, son sourire, sa façon de gigoter le trahissaient. Louise n’a pas montré qu’elle avait compris. Pendant tout le repas, elle est restée discrète, comme si de rien n’était. Et puis, au moment du dessert, l’un des garçons est allé mettre son disque préféré, l’autre est allé éteindre les lumières pendant que son mari s’éclipsait. Il est revenu avec un gâteau.

— Comme vous êtes mignons… je ne m’y attendais pas du tout.

Elle a soufflé les trente-sept bougies puis son mari a sorti les cadeaux de dessous le canapé. Il y en avait trois. Un chacun. Un beau pull de la part de son mari, un bracelet et un collier de la part des garçons. Elle les a embrassés puis elle a dit :

— Je découpe le gâteau.

Elle a enlevé les bougies une à une. Déjà, tout à l’heure, elle avait vu qu’il s’agissait de bougies qui avaient déjà servi. Ça l’énervait cette manie de Simon. A chaque anniversaire, il les gardait dans une petite boîte en fer. Là, elle n’a rien dit mais elle a pensé qu’elle aurait bien aimé des bougies neuves pour ses trente-sept ans. Elle ne voulait pas passer pour une petite fille capricieuse mais quand même…