Il y en avait cinq ou six. On était sur la piste cyclable, en bordure de l’Espace Rambouillet. C’était sans doute là que les biches venaient se réfugier pour échapper aux visiteurs. C’était le meilleur endroit pour les voir malgré le grillage qui empêchait de bien en profiter.

On s’est approchés tous les deux, tout doucement. On devait être à dix mètres. Peut-être un petit peu plus. On n’a rien dit, on les a observées pendant plusieurs minutes. Il y avait des femelles et des faons. Tranquilles. Graciles. Les animaux broutaient. Deux se sont approchés l’un de l’autre. Leurs museaux se sont caressés. Et puis ils se sont frottés, cou contre cou. A ce moment là, j’ai senti la main de Franck sur ma nuque. Enfin !